Vous êtes ici

The End - Zep

The end

Zep 1967 - ...
Rue de Sèvres

« Nous ne sommes pas les maîtres de la terre, nous n’en sommes que les hôtes »…

...
Voir la fiche complète

Theodore Atem est un jeune étudiant chercheur en botanique, qui a eu maille à partir avec la justice ukrainienne quelques mois plutôt suite à son appartenance à un groupe écologiste extrémiste...

Il débarque sur l’île de la réserve de Kosla, en Suède, où il vient réaliser un stage auprès du professeur de paléobotanique Frawley et ses assistants Moon, une belle jeune femme, et Sorge. Leur étude : la communication des arbres entre eux et avec l’homme. Alors que l’équipe remarque d’anormaux taux d’hydrocarbures dans les récepteurs de gaz sous les arbres de l’île, ainsi que d’étranges champignons à leurs pieds, au même moment, des personnes meurent sans raison partout dans le monde… 

Zep est l’auteur suisse mondialement connu de Titeuf, une bande dessinée plébiscitée par la jeunesse, qu’il réalise depuis 1993. À côté de cette série commerciale mais très plaisante et incisive, il participe a de nombreux albums à thème et développe des univers personnels, comme Une histoire d’hommes en 2013 ou Un bruit étrange et beau en 2016. The End peut donc être considéré comme son troisième roman graphique sur un sujet sociétal qui lui tient à cœur. Sont abordés ici l’écologie et la relation qu’entretient l’humain avec son entourage naturel, et plus précisément les arbres. Comment ceux-ci réagiraient en se sentant vraiment menacés, et l’ont-ils déjà été ?

Zep s’est fait aider par le botaniste Francis Hallé, le professeur de biochimie et biologie moléculaire Jean-Marc Neuhaus et Jérôme Fabre pour le conseiller et lui apporter leur expertise, sur un sujet d’actualité. Cet ouvrage s’ajoutant en effet à d’autres documentaires récents dont le film L’Intelligence des arbres de Julia Dorel et Guido Tölkez (2016). Les dessins au trait, réalistes et fins de l’auteur sont rehaussés dans les pages par le truchement d’une colorisation évanescente et changeante les encadrant (les couleurs correspondant en effet aux changements temporels et géographiques du récit). Cette méthode apporte une lecture douce et pédagogique à un récit au suspens ténu. 

The End, œuvre de fiction, donne à réfléchir intelligemment et avec style sur nos actions et notre place sur Terre, se posant en cela comme un ouvrage militant et écologique. Un essai graphique très accessible, particulièrement recommandé.

FG

 

 

BD/Manga