Alain Gagnol


Rencontre littéraire animée par Jérôme Dutel, maître de conférences à l’Université Jean-Monnet

Entrée libre 

Samedi 17 mars à 15 h

 

Nommé aux César 2011 et aux Oscar 2012, le long-métrage d’animation, Une vie de chat consacre la patte d’Alain Gagnol. Une réussite qui ne saurait être réduite au seul genre cinématographique.

 

L’artiste alterne en effet romans, nouvelles et littérature jeunesse. Les lumières de frigo ou Un fantôme dans la tête, à l’ambiance noire, jusqu’au glaçant, dénotent cependant un humour et un sens de la répartie qui ne se démentent jamais. L’énergie palpite au cœur de récits très rythmés où les codes du roman policier et de la science-fiction sont parfaitement maîtrisés.

 

Une tension dramatique savamment orchestrée

 

Visuelle et sonore, son écriture est influencée par une approche cinématographique : « Quand on anime un personnage qui parle, on a besoin d’avoir sa voix […] La voix, c’est de l’énergie. » Formé à l'école Émile-Cohl à Lyon, passé par le studio Folimage, Alain Gagnol réalise depuis, seul ou avec son complice Jean-Loup Felicioli, des courts-métrages d’animation, Les Tragédies minuscules ou Mauvais temps, ainsi que des longs-métrages parmi lesquels Phantom Boy. Une œuvre singulière et sincère.