Vous êtes ici

La Forêt, La Nuit, 2016-2017

la-foret-la-nuit-bandeau-boite-a-mots

Quel que soit son âge, quelle que soit sa culture ou son milieu social, la nuit revêt une mystique tout à fait singulière pour chacun. Cet universalisme de la nuit a paru un dénominateur commun tout à fait pertinent pour répondre aux différents publics visés.

La nuit est une thématique puissante qui convoque de multiples dimensions. Abondamment identifiée et exploitée sous l’angle du mal et de la peur, le souhait de la Médiathèque est d’envisager la nuit sous un registre plus fantasmatique. Il ne s’agit pas de nier la peur de la nuit mais de la magnifier et d’en redécouvrir la magie. L’optique est de revisiter l’imaginaire collectif, se rendre en forêt, lieu où, par essence, la nuit déploie le plus fortement ses sortilèges, trembler, et adorer cela, devant une nuit qui fait peur et dont on adore avoir peur.


Théâtre cinémarrionnétique – Traversant 3

Centre social Bourgogne / Centre social Moulin à Vent - décembre 2016

Le projet a consisté en une initiation à une forme interactive et contemporaine de théâtre d’ombres associant marionnettes et rétroprojection. Sur la base de cette technique les publics ont été amenés à créer des saynètes dont le décor et l’objet se situent dans l’univers d’une forêt nocturne. 
Les participants ont écrit un conte se déroulant dans la forêt, puis ont conçu personnages et décors en ombres chinoises. Les marionnettes sur bâtonnets ainsi créées ont été animées par rétroprojecteur selon une petite mise en scène. 
Un moment de pure fantaisie qui n'a reçu que des éloges : originalité de la technique, découverte d’un support ludique pour conter une histoire. Surtout, la créativité des enfants a été libérée : les enfants n’ont pas du tout hésité à peupler leurs forêts d’animaux imaginaires, issus de croisements de différentes espèces.

Jeune public et préadolescents   

Traversant 3

Clément Arnaud – responsable artistique 

Il fonde en 1998 Traversant 3 avec Simon Grangeat et participe aux premières créations (Harangueberceuse, Enfonçures, Meurtres Hors Champs, Le pont de pierre et la peau d’images…). Intégrant le Compagnonnage Théâtre pendant 2 années riches en rencontres, il rejoint par la suite différentes compagnies : Les Trois Huit (Thrènes), Maccoco-Lardenois et Cie (Encore Merci) et la compagnie Françoise Maimone (Le Roi Lear, Ivanov).

De cette expérience naît en 2003 l’Olympique Pandémonium, coopérative d’acteurs avec laquelle il continue son parcours de comédien au travers des créations : Résidu Richard III, Acteurs chroniques et La Légende des siècles.

Retrouvant Traversant 3 à l’occasion de la création du Cabaret des humiliés, il joue dans les spectacles Dialogue / Pouvoir, Faut-il désespérer du monde ou mourir en riant ?,… En 2011, il prend la responsabilité artistique de Traversant 3. En parallèle, il travaille en tant que comédien-marionnettiste avec Émilie Flacher, Compagnie Arnica, sur le projet-triptyque, Écris-moi un mouton.

Rodolphe Brun – responsable artistique

Rodolphe Brun a un double parcours de comédien et de plasticien. Il travaille avec les compagnies La Petite brique rouge, L’Inventaire, Tenfor, Le Dragon bleu, Le Confetti, Eller Peyreaud, L’Air du Temps, La Caravane du TrëmapMonde, Le Montreur d’ombres. Il anime avec elles de nombreux ateliers de pratique artistique, tant en théâtre qu’en arts plastiques. En 2006, Rodolphe Brun commence par créer les visuels et les affiches des spectacles de la compagnie. Très vite, il refonde intégralement le visuel de Traversant 3.

Depuis 2007, il rejoint également l’équipe sur le plateau, à l’occasion des créations de Y aura au moins Macbeth et du Secret des chocottes. En 2011, il dessine l’univers graphique de Entre les herbes folles et participe activement à la création de Un Caillou dans la botte.

http ://traversant3.com/


Ateliers d’écriture – Chloé Dubreuil

ELLIPPS / AFAF / ADAPEI - mars-avril 2017

L’écriture de contes à travers un processus d’écriture automatique était au cœur des ateliers menés par Chloé Dubreuil. Habituée à accompagner le tout public de la Médiathèque, celle-ci a mené les participants à libérer leur approche imaginative et à utiliser le langage comme mode d’expression. Contrairement aux ateliers d’écriture traditionnels, les auteurs en herbe se sont aventurés sur des terrains très loin de leur seule réalité. Une expérience sensitive qui a servi de base à un travail parallèle d’illustration pour aboutir à un livre-objet pour le groupe ELLIPPS. 

Jeunes adultes et adultes

chloe-dubreuil.jpg

Chloé Dubreuil

C’est à la toute fin des années 90 que mon premier livre a été publié et ces terres sur lesquelles ont éclos mes premiers essais romanesques me paraissent bien loin aujourd'hui…

L’acte d’écrire est pour moi une mise en abyme et c’est véritablement cela qui m’inspire. Ce défi auquel je me confronte chaque jour, cette imposture que j’accole à mes personnages, cette fuite en avant, hors d’une réalité ordinaire. Et puis il y a le fait de maîtriser pleinement une mise en scène, de se projeter dans d’autres univers, d’expérimenter une multiplicité d’aventures dans l’idée qu’elles prendront au cœur d’éventuels lecteurs. En me perdant dans les entrelacs de l’écriture, j’ai vraiment le sentiment d’exister. 

Pour Chloé Dubreuil, l’atelier d’écriture suggère une parenthèse où chacun est invité à donner forme à ses envies d’écrire. Il est un lieu d’expression propice à affiner, à modeler son écriture, mais il est aussi un lieu d’échange à l’intérieur duquel le groupe s’enrichit du travail de chacun. Destinés à tous les publics, ses ateliers s’appuient sur la composition de textes courts en faisant des écrivains d’hier et d’aujourd’hui des compagnons de quelques heures.


Cinéma d’animation - Nicolas Bianco-Levrin / Julie Rembauville

Centre social Condorcet / Centre social Bourgogne - février 2017
Les Centres sociaux Bourgogne et Condorcet se sont engagés dans la création de court-métrages d’animation sous la férule de Nicolas Bianco-Levrin, avec la participation de sa complice, Julie Rembauville. Le réalisateur a su capter très rapidement l'intérêt des jeunes et une motivation pour le projet. Sa rigueur associée à la touche enveloppante de Julie Rembauville ont suscité une forte adhésion qui a permis d’amener chacun à créer une œuvre originale.
En découlent des œuvres loufoques, créatives, sans limite. Tous les participants ont été très heureux de cette expérience. Les films d’animation ont été projetés dans le cadre du Festival Ciné Court Animé ; le groupe Centre social Condorcet s’est rendu à la projection, pour découvrir avec une fierté méritée le résultat de leur labeur.  

Public adolescent et préadolescent  

nicolas-bianco-levrin.jpg

Nicolas Bianco-Levrin

Né à Paris en 1979. Après des études de graphisme à l’école Duperré, un établissement qui forme également aux métiers de la création en mode et textile, Nicolas Bianco-Levrin se lance dans plusieurs activités :

  • Une vingtaine d’albums jeunesse. Simon sans Nuit, pour lequel il obtient le prix graphique Octogone en 2002. L’an dernier, est sorti aux éditions Esperluette Histoires en images. Images fixes / images animées qui constitue en quelque sorte une bible illustrée pour tout connaître du court-métrage et se lancer dans cette aventure créative,
  • En parallèle, il travaille en free-lance comme graphiste/illustrateur,
  • L’écriture de scénarii d’une vingtaine de courts-métrages d’animations et réalisation de décors en partenariat étroit avec Julie Rembauville,
  • Il y a une dizaine d’année, il prend la tête du Festival Prototype Vidéo, une manifestation qui reçoit chaque année près de 400 films du monde entier et présente une quarantaine d’entre eux avec pour seul dénominateur commun une durée maximale de 15 minutes.

http://morglaf.com/wordpress-3/nicolas/


Musique fonctionnelle - Philippe Barbier

Centre social Bourgogne - mars 2017

Un autre groupe du Centre social Bourgogne était amené à produire dans la foulée des ateliers de court-métrage, la bande-son du film, sur la base de bruits captés dans la ville ou créés par les participants. Le tout avec l’appui du musicien Philippe Barbier. Ce projet a été très enrichissant. Par sa personnalité et son professionnalisme, Philippe Barbier a su articuler sa participation avec celle de Nicolas Bianco-Levrin. C'est avec enthousiasme et jovialité, les jeunes, pas du tout musiciens à l'origine, ont créé un environnement sonore cohérent avec le film. 

Public adolescent et préadolescent 

philippe-barbier.jpg

Philippe Barbier

Auteur, compositeur, interprète, Philippe Barbier, a créé en 1997 Orphéo Baltazar, groupe de 6 musiciens avec lequel il a tourné pendant plusieurs années de scènes en festivals. Leur œuvre très poétique constitue une expérience, une ébullition, l'orchestre fragile des émotions. S’éloignant  parfois des formats habituels de la chanson, leur son devient plus électrique. Le dernier disque, Du surréalisme et des aborigènes, est sorti en 2008.  Philippe Barbier, est également guitariste du groupe oriental franco-syrien Bab Assalam ; il travaille régulièrement pour d’autres formes de créations (expositions photo/son, recherche sonore expérimentale…).

 

https://fr.ulule.com/orpheo-baltazar/


Abécédaires - Jérémie Fischer

Centre social Moulin à Vent / Comité Roannais de Vacances (CRV) - mars 2017

Artiste en résidence-mission à la Médiathèque, Jérémie Fischer a conduit les publics du Centre social Moulin à Vent et du Comité Roannais de Vacances à concevoir des abécédaires : les lettres ont été créées en rapport avec la nuit. Un moment créatif au cours duquel les apports plastiques ont été fort appréciés en raison de leur facilité d’utilisation et de matériaux peu coûteux.

Jeune public

abecedaire-jeremie-fischer.jpg

Jérémie Fischer

Jeune auteur-illustrateur (il est né en 1986), il est formé à l'École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Maîtrisant de nombreuses techniques (dessin, papiers découpés, gravure, sérigraphie…), il a déjà produit de nombreux livres en sérigraphie et s’est aventuré dans l’édition (Éditions 3 fois par jour, la revue d'arts graphiques Nyctalope ou encore Nobrow). En 2012, il publie son premier livre illustré, L'éléphouris, aux éditions Magnani, écrit avec Jean-Baptiste Labrune, complice avec lequel il fonde en 2013 la revue littéraire et dessinée Pan, éditée par Magnani. Après Le Royaume Quo, BD éditée par Nobrow puis Le Royaume Quo aux éditions Nobrow, Alphabet chez Orbis Pictus Club, le ramène vers la sérigraphie. Le Veilleur de Nuit, en 2014, signe de nouveau une collaboration avec Jean-Baptiste Labrune. Wild About Shapes, livre animé paraît en mars 2015 chez Flying Eye Books (Nobrow). À travers son œuvre, une richesse formelle (dans les matières comme les couleurs) ouvre de nombreuses possibilités pour les publics roannais.